Chez Papinou - Skins GuppY 5

 

top.gif

   GuppY 5 ???   Il y a moins bon mais c'est plus cher ! ! !   
   S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème. Devise Shadok   
   Utilisateur de GuppY, je suis membre de l' Asso freeGuppY ... et vous ? ? ?   
   Pourquoi vouloir compliquer ?  Essayez GuppY 5  tout simplement ... smile   
   N'oubliez pas d'installer un .htaccess pour protéger l'accès à  la zone d'administration de GuppY 5.   
   Votre premier réflexe après le téléchargement de GuppY 5 ?   Lire la documentation  ! ! !   
Vous êtes ici :   Accueil » Pékin
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Partenaire GuppY
logo_nuxit_guppy.png
Astuces GuppY 5
Translator
Nouvelles

+ Année 2017
 -  Année 2017
+ Année 2016
 -  Année 2016
 Décembre 2016
 Octobre 2016
 Septembre 2016
 Juillet 2016
 Juin 2016
 Mai 2016
 Avril 2016
 Mars 2016
 Février 2016
 Janvier 2016
+ Année 2015
 -  Année 2015
+ Année 2014
 -  Année 2014
En savoir plus
Radio Papinou
radio01.png
 
Twitter

Dons Chez Papinou

Si vous le souhaitez vous pouvez participez aux frais en faisant un don.

Je vous laisse le soin de choisir le montant, l'essentiel étant le geste.

Calendrier
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://www.papinou.fr/data/fr-articles.xml

PEKIN


Pékin « la capitale du nord » est la capitale de la République populaire de Chine, avec une population de 9 000 000 habitants. Elle est située au cœur de la municipalité de Pékin (Beijing).

La francisation Pékin provient des missionnaires jésuites français du XVIIe siècle et ne tient pas compte du changement de prononciation qui survint pendant la dynastie Qing et qui transforma le [k] devant un [i] en la consonne [t] (notée j en pinyin). Cette appellation est similaire à celle adoptée par les autres langues occidentales : Pechino [pekino] en italien, Peking en néerlandais, ou encore Pequim (prononciation similaire à celle du français) en portugais, par exemple.


Histoire

Pendant la dynastie Liao des Khitans, aux environs de l'année 1000 après Jésus-Christ, la population Khitan, qui contrôlait le Nord de la Chine (de la rivière Amour jusqu'aux montagnes de l'Altaï à l'ouest de la Mongolie), a appelé Pékin le Palais Sud de la famille royale des Khitans, qui était en contact avec les explorateurs russes.

C'était pour cette raison que les Russes appelaient les Chinois « Khithais ». Khithais s'est changé plus tard en Cathay. Les Khitans appelaient leurs domaines en Mandchourie « Kathay ».

Chine06.jpg
Les terres dans les plaines de Manchourie, où les Chinois Han ne peuvent entrer parce que les Khitans et leurs descendants (les Mandchous de la Dynastie Qing des années 1800-1900), croyaient que le Kathay était l'ensemble des terres sacrées des populations des races originaires de Sianbei, qui étaient, il y a 3000 ans, originaires de la Sibérie, et qui a donné plus tard naissance aux Coréens, aux Kitans, et aux Manchus.
Mais avant que les Khitans n'occupent le village de Pékin, les Chinois Han du royaume de Yan, occupaient déjà les terres des environs de Pékin, il y a 3000 ans. C'est un missionnaire français qui a découvert les tombeaux de la famille royale des Khitans dans l'est de la Mongolie intérieure chinoise. Cela a permis de découvrir l'existence de la dynastie Liao des Khitans.

Avec la Dynastie Ming, Pékin est appelé « Beijing ». Depuis lors, Pékin est toujours Pékin, sauf pendant une période brève (1928 - 1945) quand le Guomindang appelait Pékin « Beiping ».
Avec la création de la République populaire en 1949, Beiping est redevenue de nouveau Pékin (cette dernière orthographe romanisée est adoptée officiellement en 1979).

En 1900 les ambassades étrangères sont assiégées lors de la révolte des boxers. En 1989, les étudiants manifestent sur la place Tiananmen, mais ces manifestations sont réprimées par l'armée.

Les Jeux Olympiques d'été de 2008 auront lieu à Pékin.


Principaux Monuments :


- La Cité Interdite

La Cité interdite est le palais impérial de Pékin dont la construction fut ordonnée par Yongle, troisième empereur Ming, et réalisée entre 1407 et 1420. La construction de la Cité interdite a débuté en 1406 et a duré 14 années en mobilisant environ 200 000 ouvriers.

De son inauguration en 1407 à la révolte paysanne de 1644, elle fut le siège de la dynastie Ming puis Qing. Après avoir été le centre politique pour 24 empereurs Ming et 10 de la dynastie Qing, la cité interdite a perdu sa fonction en 1912, avec l'abdication de Pu Yi, le dernier empereur de Chine. Celui-ci a cependant pu vivre dans la cité interdite jusqu'au coup d'état d'un général en 1924.Chineci17.jpg

Pour avoir été palais impérial pendant 500 ans, de nombreuses pièces contenaient des trésors inestimables. En 1947, après avoir été caché de l'armée japonaise, beaucoup de ces pièces de musée ont été emmenés à Taiwan par Tchang Kaï-chek pour former l'actuel Musée du Palais National.

Très controversé, ce vol peut être également considéré comme une sauvegarde du patrimoine national face à la révolution culturelle.
Ce palais, d'une envergure inégalée, fait partie des palais les plus anciens et les mieux conservés. De nos jours, il est devenu un musée qui conserve les trésors impériaux de la Chine ancienne.

Le nom « Cité interdite » vient du fait que son accès en était interdit au peuple à l'époque des grands empereurs chinois. Comme résidence de ces derniers, elle est devenue symbole d'interdit. Son nom complet est « cité interdite pourpre », en référence à l'étoile « sacrée », l'étoile polaire, de couleur pourpre pour les Chinois.

La cité couvre 150 000 mètres carrés au sol, pour 720 000 mètres carrés de surface totale. Elle comprend 9999 chambres, réparties dans 800 « palais ». Si les Chinois se sont limités à 9999 chambres, c'est parce que seules leurs divinités avaient le droit de construire un palais comprenant 10 000 chambres. De ce fait, les hommes ont essayé de se rapprocher aussi près que possible de leur idéal de perfection.

C'est depuis le balcon surplombant la porte de la Cité interdite que Mao Zedong a proclamé la République populaire de Chine le 1er octobre 1949.

Elle a été inscrite au patrimoine mondial de l'humanité en 1987 par l'UNESCO. C'est aussi la plus grande collection de constructions en bois au monde.


- La Place Tiananmen

La place Tiananmen (place de la porte de la Paix Céleste) est située au centre de Pékin.
Elle est entourée de monuments reflétant l'histoire de la Chine :

Chineti21.jpg- Période impériale avec la Cité Interdite, au Nord et les deux immenses portes impériales au Sud.
- Période coloniale avec les quelques bâtiments coloniaux européens au Sud Ouest et Sud Est ;
- Période communiste avec le Palais de l'Assemblée du Peuple à l'Ouest, l'immense portrait de Mao sur la façade de la cité interdite. Au centre de la place, Le Monument aux Héros du Peuple est une obélisque qui symbolise le triomphe du peuple communiste. Toujours au centre, mais un peu plus au Sud, le Mausolée de Mao Zedong, batiment rectangulaire entourés de longs bas reliefs représentant des combattants de la révolution.

Et enfin, le Musée historique à l'Est.

C'est également la place centrale, lors du défilé militaire annuel de la fête nationale, le 1er octobre.

Cette place est également connue pour avoir été le théâtre, en 1989, d'un événement historique sanglant du nom de manifestations de la place Tiananmen.


- Le Palais d'été

Le palais d'été est principalement dominé par la Colline de la longévité et le Lac Kunming. Il couvre une surface de 2,9 km2, dont trois quarts sont recouverts d'eau. Dans ses 70 000 m2 de surface construite, on trouve une variété de palais, jardins et autres édifices d'architecture ancienne.
Chinepe18.jpg
L'empereur Qianlong aménagea le Palais d'Eté, destiné à être la résidence de sa mère, en 1750 (15e année de son règne) dans le nord-est de Pékin, où se situaient déjà d'autres palais impériaux depuis le XIIe siècle. Des artisans reproduisirent les styles architecturaux des jardins de différents palais de Chine.

Le palais fut détruit à deux reprises (invasion des troupes anglo-françaises en 1860 puis des Huit puissances en 1900) mais l'impératrice Cixi le reconstruisit en 1886 et 1902. En 1888, elle dépensa des sommes considérables pour bâtir le Yiheyuan (Jardin où l'on cultive la concorde).

On lui reprocha vivement d'avoir utilisé des fonds originellement destinés à la marine chinoise.

En décembre 1998, l'UNESCO inclut le Palais d'Eté dans sa Liste du patrimoine mondial. Elle le qualifie d'«expression exceptionnelle de l'art créatif du jardin paysager chinois, intégrant réalisations humaines et nature en un tout harmonieux».

L'étendue d'eau principale du Palais d'Eté est le lac Kunming. Il est traversé par le Pont aux 17 arches. D'autres sites remarquables du Palais d'Eté sont entre autres la Rue Suzhou et le Long corridor.


- Le Temple du ciel

Le temple du ciel est situé au sud de Pékin, dans le district de Xuan Wu.

Dans l'ancienne Chine, l'empereur était consideré comme le « fils du ciel », qui administrait les tâches sur terre à la place d'une autorité céléste. Afin de montrer son respect au ciel, les cérémonies de sacrifice au ciel étaient très importantes pour l'empereur.
Chinetc19.jpg
Le temple du ciel a été enregistré par l'UNESCO à la liste du patrimoine mondial en 1998.

Le temple est en réalité un important complexe au cœur de la ville de 1,5 km du nord au sud et de 1 (minimum) à 1,7 km (maximum) d'est et ouest. Il est délimité par deux murs au nord et un seul au sud de forme rectangulaire.
Il contient de nombreux temples dont

- La Salle des prières pour une gracieuse récolte (Hall of Prayer for Good Harvest ou Qi Nian Dian) est un pavillon en forme de rotonde dans le nord du complexe.
- La Salle de l'abstinence (Hall of Abstinence) est un palais situé dans la partie ouest du complexe
- ltar du Ciel est un espace ressemblant au support de la salle des prières pour une gracieuse récolte, mais sans la rotonde. Il est situé sur le même axe que la salle mais au sud du complexe.


- La Grande Muraille de Chine

La Grande Muraille de Chine est la plus longue construction humaine au monde ; elle est censée parcourir environ 6400 kilomètres, de la frontière avec la Corée jusqu'au désert de Gobi. Sa largeur évolue entre 5 et 7 mètres en moyenne et sa hauteur entre 5 et 17 mètres.

Elle est ponctuée de tours de guet et de bastions sur toute sa longueur. Dans la pratique, si elle est impressionnante sur les milliers de kilomètres proches de la capitale, elle se réduit au-delà de cette distance jusqu'à apparaître en certains endroits comme une imposante levée de terre.

Chine05.jpgSa construction a été entamée sous la dynastie Qin, de l'an 221 à 206 av. J.-C., lors de l'unification de la Chine par le Premier Empereur Qin Shi Huang, puis évolua à plusieurs reprises en fonction des besoins. Son but était d'empêcher les troupeaux des tribus voisines de se mélanger avec ceux de l'Empire Chinois, et ainsi d'éviter les conflits.

En effet, la muraille est aisément franchissable par une armée en raison de sa faible hauteur. C'est sous la dynastie Qing, (au XVIIIe siècle), qu'elle prit sa forme actuelle pour empêcher les armées Turques et Mongoles d'envahir la Chine. Des études par satellite ont montré que de nombreux segments (d'une longueur totale d'environ mille kilomètres) étaient enfouis sous terre.

Une légende urbaine affirme que la Grande Muraille est visible à l'œil nu depuis l'espace. Elle serait le seul produit du génie humain discernable depuis l'au-delà de l'atmosphère. Cela est bien sûr faux, puisqu'il est impossible de distinguer New York (par exemple) si l'on se trouve dans l'espace. Or, la superficie de cette ville est bien plus importante que le plus grand des tronçons de la Grande Muraille.

On prête à la Grande Muraille la réputation d'être le plus grand cimetière du monde, ce qui est exact dans la mesure où les nombreux ouvriers morts pendant les travaux (10 millions selon le Quid) ont été enterrés dans ses environs immédiats.

Il ne faut bien entendu pas supposer qu'ils avaient été enterrés dans la muraille elle-même, un ouvrage militaire aussi important, dont la résistance constitue une des caractéristiques essentielles, ne pouvant guère se prêter à ce genre de fantaisie.


Les Jeux Olympiques d'été de 2008

LogoBeijing2008.jpgLes Jeux Olympiques d'été de 2008, jeux de la XXIXe Olympiade de l'ère moderne, seront organisés à Pékin, en République populaire de Chine entre le 8 et le 24 août.

Les mascottes officielles des Jeux Olympiques d'été de 2008 à Pékin sont les fuwa. Elles ont été annoncés le 11 novembre 2005 par la Société Nationale des Études Littéraires Classiques Chinoises, marquant ainsi le 1000e jour précédent l'ouverture des jeux.

Les fuwa sont au nombre de cinq : Bèibei, Jingjing, Huanhuan, Yíngying et Nini. En reprenant la première syllabe de chaque nom, on obtient une prononciation proche de «Beijing huanyíng ni », c'est-à-dire « Bienvenue à Pékin ». Chacun des cinq fuwa représente une couleur olympique.

Liens externes :
- Le site du Comité d' Organisation Chinois
 

Source Wikipédia


Date de création : 27/08/2006 @ 17:05
Dernière modification : 13/09/2010 @ 17:29
Catégorie : En savoir plus - Monde
Page lue 14256 fois

Vous êtes ici :   Accueil » Pékin
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  4522319 visiteurs
  9 visiteurs en ligne

Connectés :
( personne )
Snif !!!
Licence

Cette création est mise à disposition des visiteurs selon les termes de la
Toute citation doit comporter un lien direct vers la page d'origine.
 
Chez Papinou est en ligne depuis le 26.03.2006
 
Lire les mentions légales